Premier pas vers la (ré)invention : naviguer dans l'incertitude

Mis à jour : il y a 21 heures

Depuis le début de la pandémie, nous rencontrons et accompagnons chaque mois chez UCD Network des entrepreneur.e.s qui "réinventent leur offre business". Femmes et hommes de tous âges, aguerris ou débutants, évoluant dans des secteurs porteurs ou fortement chahutés, ils sont tous bien décidés à ne pas renoncer à l’odyssée entrepreneuriale, à l’appel du large ! Avec humilité devant l’ampleur de la tâche et enthousiasme devant l’attrait de l’aventure, ils savent, comme les marins, que la route ne se fait pas seul, que les grains laissent place au soleil, qu’une mer forte peut se révéler plus féconde qu'une mer d’huile. Leur empathie pour leurs clients, leur insatiable curiosité les guident et nourrit leur esprit créatif. Prêts à accepter l’incertitude et l’ambiguïté, ils tracent de nouvelles routes vers un entrepreneuriat plus responsable et inspirant. À chaque nouveau voyage, ils nous rappellent les 7 règles pour naviguer dans l’incertitude.


1. Troquer le bon sens terrien pour le « pied marin » !

Expert de rien et spécialiste de tout, l’entrepreneur.e se retrouve à la tête d’une entreprise qui porte une offre vers des clients. On pourrait comparer son entreprise à un navire qui lui permet de prendre la mer ; il y a bien des ports où faire escales sur le parcours, mais « naviguer » reste sa raison d’être. Ce qui implique pour l'entrepreneur(e) : rester en forme et vigilent, avoir une destination, connaître la ligne de flottaison de l'embarcation, savoir tirer des bords en fonction de la météo, compter sur le professionnalisme de l'équipage, veiller sur l’équipage et la cargaison, et s’assurer qu’il y a bien toujours un commanditaire intéressé par la cargaison à l’arrivée, et une marchandise de qualité au départ…

2. Avoir une bonne raison pour (re)prendre la mer !

Avant de s’exposer aux aléas climatiques, sanitaires, matériels, l’entrepreneur.e s’assure d’avoir une bonne raison de prendre la mer… Y-a-t-il un client pour sa cargaison, sa proposition de valeur ? Celle-ci résout-elle un problème incontournable pour son client qui garantira sa présence à l’arrivée ? Doit-il changer de cargaison ? de clients ? L’entrepreneur.e n’est pas un plaisancier, il n’est nullement question de prendre la mer pour le seul plaisir du voyage. Et lorsque le voyage, pour être entrepris, nécessite un investissement préalable, l’entrepreneur.e sait qu'il devra convaincre ses investisseurs qu’il y aura bien des clients à l’arrivée.

3. Adapter son embarcation à la cargaison

Et si la situation exige de l’entrepreneur.e qu’il change de proposition de valeur pour répondre aux nouveaux besoins de ses clients ou aux besoins de ses nouveaux clients, doit-il conserver la même embarcation ? Est-elle de la juste taille ? Est-elle bien-équipée ou suréquipée pour prendre soin de la nouvelle cargaison ? Celle-ci est-elle fragile ? Nécessite-t-elle d’être chèrement protégée ? A-t-il envie d'en prendre la charge ? Les moyens nécessaires pour l’amener à bon port sont-ils couverts par les revenus envisagés et le prix que le client est prêt à payer ?

4. À chaque vent sa voilure

Une fois en mer, s’il sait à qui et où il doit livrer sa cargaison (et qu’il a donc une bonne raison de se retrouver sur les flots) il ignore quels seront les aléas climatiques tout au long du parcours ; Mais il y a une chose qu’il sait, la probabilité des catastrophes naturelles est croissante. A lui de se préparer à cette incertitude en acceptant… de ne pas savoir ! En mer, même s’il peut réduire la voilure de manière curative ou de manière préventive, c’est le vent qui décide ! Larguer, affaler, hisser, choquer, bref, s’adapter à la force et à la direction du vent, tel est l’espace de liberté de l’entrepreneur ! Le vent pour l’entreprise prend des formes variées : évolution des besoins clients, nouvelles exigences collaborateurs, nouvelles règlementations, accidents de parcours, concurrence…

5. Faire confiance à son équipage

Que l’entrepreneur.e se rassure, son équipage lui saura gré de partager sa vulnérabilité car cela sonnera le signal de départ pour un travail collaboratif et créatif dans lequel chacun apportera le fruit de son expérience et de son expertise. Organiser les opérations, adapter les expertises, trouver de nouvelles solutions… La navigation (même la course en solitaire) est un travail d’équipe ! On ne compte plus les acteurs qui rendent la navigation possible qu’ils soient à bord ou restés à terre, tous contribuent à la traversée ! Partager les risques et les joies de l’entrepreneuriat dépassent largement la satisfaction de la récompense individuelle ! Même l’échec est plus facile à digérer quand il peut être partagé.

6. Prendre soin de la Mer

Enfin, si l’entrepreneur.e souhaite continuer à naviguer longtemps, il lui revient de protéger son environnement de navigation. Le résultat de son comportement présent, que ce dernier soit « court-termiste » ou responsable, dessine le futur de son activité. Le transport de cette cargaison vers son client est-il préjudiciable à la bonne santé des océans ? Si cela demande de « penser un peu plus loin » que la durée de sa propre vie, cela se résume aussi à ses seules actions présentes. Ce dont l’entrepreneur.e peut être certain, c’est que chacune de ses actions crée son futur. Le « penser long-terme » est bel et bien une urgence de court terme à moins que l’entrepreneur n’ait choisi d’errer sur les mers, un drapeau de pirate hissé en haut du mât, à l’affût du prochain abordage. Mais face aux crises économique, sociale, sanitaire et environnementale portées par les vents actuels, pas certain qu’il reste beaucoup de bateaux aptes à naviguer entre les nouveaux continents de plastique ! Alors même les « pirates » risquent de se retrouver cloués à quai.


7. L’optimisme partagé gonfle les voiles !

Si comme eux, vous êtes impatients de (re)créer des offres empathiques, stimulantes et créatives, et si l’attrait de la liberté et de la créativité qui éclairent votre route d’entrepreneur.e résonne toujours pour vous comme l’appel du large, rejoignez-les sur le prochain parcours en ligne « Réinventer votre offre business ». Ensemble vous garderez le pied marin et embarquerez vers la réinvention concrète d’un monde nouveau !

Nous proposons chaque mois un embarquement pour le parcours en ligne « Réinventer votre offre business ». Avant d’embarquer, appelez-nous pour évaluer ensemble si ce voyage a sa place maintenant sur votre route entrepreneuriale ! Session téléphonique de coaching offerte et sans engagement.

© 2005-2020 - UCD Network - Design Thinking experts - Condition Générales de vente - Mentions légales